Layers of fear

Février 2016.
PC, Linux, Mac, Xbox one, Play 4, Switch 
Horreur Psychologique
Bloober Team

Layers of Fear est un survival-horror où le joueur se retrouve dans la peau d'un peintre fou qui cherche à terminer son œuvre maîtresse. Reposant sur une ambiance pesante et un univers changeant, le jeu s'inspire beaucoup des peintures du XIXéme siècle.




Alors que j'y avais joué à sa sortie, j'ai eu envie de retenter l'expérience Layers of Fear, sachant qu'il y a plusieurs fins, mon aventure a pu être différente de la première, à mon grand bonheur. Par contre, je ne vais pas m'amuser à faire toutes les fins, car ce jeu est assez bizarre et peut rapidement rendre fou, comme le personnage que l'on joue.

On avance dans une multitude couloirs, pièces et des portes à ouvrir. L'ambiance est magique, terrifiante et on entre facilement dans ce manoir, à nos risques et périls. L'histoire se ficelle et se dévoile au fur et à mesure des chapitres et des écrits que l'on retrouve dans un tiroir divers ou sur une commode.  Le jeu peut sembler répétitif, mais il est surtout addictif. Les chapitres se terminent rapidement et la seule hâte que l'on a : connaître le fin mot de l'histoire et la toile dans sa version finale. La musique donne un côté oppressant et on sursaute à plusieurs endroits qui sont vraiment bien trouvé, c'est un délice de se faire prendre au piège. Nos choix sont décisifs pour l'avancée, et nous conduit vers telle ou telle fin, mais il n'est pas compliqué au niveau du gameplay, ce qui est légèrement dommage. Ne vous attendez pas a trouver des énigmes comme dans un Resident Evil, car l'ambiance et le lieu peut facilement faire penser au premier opus de cette saga.

En conclusion, un jeu très bien, qu'il faut découvrir, surtout si l'on aime le genre de l'horreur, des choses étranges et mystérieuse et sans grande prise de tête (en grande partie, car certains moments donnent envie de s'arracher les cheveux). Je valide totalement cette immersion dans ce manoir magnifique.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire