"Je me suis rendu compte que la vie est un paradoxe. Que les gens passent sans se préoccuper vraiment des autres, sans savoir ce qui se trame derrière certaines portes. Que le temps passe vite, trop vite, qu'on a le choix une seconde, et que, la suivante, tout nous tombe dessus, qu'on ne contrôle plus rien."


Melissa Belevigne. Paranoia.
2016. Black Moon. 320 pages.


Lisa Hernest, psychiatre reconnue et spécialisée dans les cas complexes, est appelé à l'institut Saint-Vincent en périphérie de Paris. Elle va rencontrer sa nouvelle patiente : Judy Desforêt, internée pour paranoïa et hallucinations, enceinte de cinq mois et qui refuse de s'alimenter. Dès leur première entrevue, la jeune femme qui se dresse face à elle fait preuve d'une lucidité et d'un discernement hors pair. Et plus Lisa apprend à la connaître, plus leur échanges viennent ébranler ses propres convictions professionnelles et personnelles. Entretien après entretien, Judy lui livre en effet une curieuse histoire, mêlant sa quête de racine familiales en Angleterre et la présence invisible d'un certain Alwyn, cet homme qui la suit comme son ombre depuis toujours. Progressivement, Lisa, l'experte en âmes fragiles, sent ses moyens lui échapper et Judy la déstabiliser. A mesure que les mois passent et que la date de l'accouchement approche, la vérité semble s'éloigner.



Autant le dire tout de suite, j'ai eu du mal avec ce livre. J'avais très envie d'en connaître plus mais aucune envie de le lire, jusqu'à un certain point de l'histoire qui a fait que je n'ai plus réussit à le lâcher. C'était un sentiment étrange pour un roman qui me laisse une impression tout aussi bizarre et dont je n'arrive encore pas maintenant à savoir si je l'ai apprécié ou non.

On découvre Judy, une jeune femme enceinte avec de gros problèmes et qui ne veut pas livrer son histoire et encore moins garder son enfant. Petit à petit on découvre son passé et j'ai vraiment apprécier la suivre en quête de vérité sur sa famille, dans son voyage à Londres. Mais je n'ai jamais réussit à m'attacher réellement à elle. Facilement elle m'énervée et m'ennuyé, de part son comportement mais aussi sa relation avec le fameux Alwyn, dont on apprend l'histoire que tardivement dans le roman et je trouve cela assez dommage, car ça nous tombe dessus et l'auteur nous livre tout d'un coup. Un peu de suspense aurait été mieux et aurait permit au lecteur de se poser certaines questions et d'y réfléchir avant d'avoir la réponse. 

De l'autre côté, on suis d'une manière secondaire, Lisa, sa psychiatre qui a certains problèmes également. Je ne me suis pas attachée à elle non plus, rien n'y prête sauf un peu de pitié vis à vis de son histoire d'amour, ou de ce qu'il en reste. J'ai le sentiment que c'est un personnage vide et qui ne se rend pas compte qu'elle peut blesser les gens autour d'elle. L'auteur à nouveau ne creuse pas plus que cela certains éléments de son passé et on se retrouve devant le livre à se dire "mais pourquoi ce moment fait changer l'histoire ?" et à n'avoir aucunes réponses... D'autant plus que son métier est totalement oublié et j'ai trouvé cela dommage car on ne suis pratiquement pas la thérapie de Judy.

En bref, j'avais entendue beaucoup de bien sur ce livre, mais il m'a laissé sans réel opinion. Les personnages ne sont pas attachant, pas du tout développé et l'histoire prend beaucoup trop de temps à mes yeux, encore plus quand on apprend le mot final à ce roman qui n'est pas exceptionnel. Je ne le conseille vraiment pas. 

3 commentaires:

  1. Il est sur ma Wish celui la!
    Mais n'a jamais été une priorité, confirmer par ton avis en tout cas...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai terminé cette lecture sur la même conclusion que toi, je n'avais ni aimé ni détesté, les personnages ne m'ont pas touché et malgré l'idée de base assez chouette, l'exploitation n'a pas réussi à pleinement me contenter... Bref une lecture sympa mais sans plus, dommage :/

    RépondreSupprimer
  3. Je garde comme toi, un souvenir mitigé. Il y a de bonnes choses, des instants prometteurs et des points d'interrogations. Je suis positive sur le devenir de Melissa Bellevigne, mais c'est vrai que Paranoïa aurait pu être mieux travaillé.

    RépondreSupprimer